SAVOIRS – TU de Nantes (18 mars 2020) REPORTÉ

!!!!REPORTE !!!!!

Dans le cadre du festival SPLASH, le CDP en collaboration avec le TU, l’Université Paris 8 et l’Université Picardie Jules Verne, vous propose de vivre une journée de laboratoire sur « comment faire entendre une parole savante ? »,

mercredi 18 mars 2020 de 9h à 18h30, au Théâtre Universitaire de Nantes (TU)

Performer les savoirs / Performing knowledge – troisième édition

Cette journée d’expérimentation et de recherche interrogera les modes d’adresse et d’écoute dans le champ artistique. Comment faire entendre une parole savante ? Dans quelles dispositions d’attention se situe-t-on à son égard ? Quels sont les enjeux et la portée de ces savoirs incorporés et mis en voix ? Les arts du spectacle offrant aujourd’hui une place accrue à la création sonore, à la voix et au chant, aux situations d’entretien ou à des formes réinventées de récit radiophonique, nous nous demanderons comment la scène peut devenir le lieu d’une activation sensible et collective du savoir.

Dialogues entre artistes et scientifiques, workshops et performances participatives seront notamment proposés par Émilie Rousset et Louise Hémon, Colyne Morange, Laurie Bellanca, g.u.i, Perrine Mornay, Eric Méchoulan…

Journée libre et gratuite sur inscription : public@tunantes.fr

(Programme susceptible de modifications selon le calendrier de la Coordination nationale des facs et labos en lutte contre la LPPR)

Initié en 2017, Performer les savoirs interroge l’épistémè de la scène contemporaine à travers l’étude et l’expérimentation de démarches scéniques qui performent des savoirs, soit en actualisant des savoirs anciens, soit en créant et faisant circuler de nouveaux savoirs méta-théâtraux, artistiques ou scientifiques. Sous quelles formes l’œuvre artistique contemporaine peut-elle mettre en acte et en scène des connaissances et des gestes de recherche ? Comment s’articulent création, recherche et pédagogie dans ces pratiques ? Existe-t-il des techniques, des cadres ou des dispositifs communs repérables sur la scène actuelle et transférables hors du champ artistique ?

Fondées sur le modèle de la « journée d’étude » dans le champ académique, les journées-laboratoires organisées par Performer les savoirs proposent un renouvellement des formes du congrès en laissant une large place à l’expérimentation et à des formes de théorisation ancrée, notamment à travers des ateliers-workshops, des échanges de bonnes pratiques (peachy coochy) et un ensemble de situations participatives ainsi que des possibilités de retour sur expériences pour les participant.e.s. Quatre journées laboratoires ont ainsi déjà eu lieu, en 2018 à Paris pour interroger l’éthos et les figures de l’artiste-chercheur·e, et en 2019 à Amiens autour de l’usage de documents en scène.

Programme de la journée (sous réserve)
• 9h I Café d’accueil et introduction
• 9h30 I Workshops concomitants I Émilie Rousset et Louise Hémon I Charlotte Couturier
• 11h30 I Keynote I Eric Mechoulan : Documenter une ambiance / performer un savoir : à propos de Disintegration Loops de William Basinski
• 12h30 I Pause déjeuner I Temps d’échanges organisé par le Centre de développement pédagogique – Université de Nantes
• 14h I Peachy Coochy « Comment faire entendre une parole savante » (7 minutes, 20 slides – un cas, un problème, une expérience) avec : Colyne Morange, Laurie Bellanca, Charlotte Couturier, Benoît Verjat et Tanguy Vermelinger (g.u.i.), Louise Hémon, Perrine Mornay et Olivier Boréel, Chloé Déchery et modérée par Marion Boudier (Invité.e.s sous réserve de modification)
• 16h I Pause café
• 16h30 I Performances participatives concomitantes I Lectures Électriques de Laurie Bellanca I Les gens importants de Colyne Morange
• 17h30 I Conversation entre Émilie Rousset et un·e chercheur·e
• 18h15 I Apéro conclusif

GIONO – exposition GIONO au MUCEM, Marseille (29 octobre 2019)

À la veille des commémorations du cinquantenaire de sa disparition, le Mucem présente une grande rétrospective consacrée à Jean Giono (1895-1970). Loin de l’image simplifiée de l’écrivain provençal, cette exposition suit le trajet de son œuvre écrite et filmée en lui rendant toute sa noirceur, son nerf et son universalité.Les lectures électriques proposent d’en déplier le paysage littéraire, accordant un dialogue nouveau entre les textes de Giono et ceux de nos contemporains. Les récits de résistance et de trouble politique ne cessent de peupler nos bibliothèques, quels liens peuvent apparaitre d’un siècle à l’autre dès lors qu’on préfère aux analogies, le frottement et la mise en regard ?Imaginaire de résistance et persistance de l’imaginaire entre récits de guerre et appel à la poésie de Jean Giono à Marielle Macé en passant par Hannah Arendt, J-B Vidalou, Didi-Huberman,Anne Dufourmantelle ou Thomas Vinau, il s’agira pour cette expérience de lecture de donner à notre présent l’épaisseur de la double flèche du temps.

RDV le 29 octobre à partir de 16h au MUCEM Portes ouvertes de l’exposition GIONO

Commissariat : Emmanuelle Lambert, écrivaine, auteure de Giono, furioso (Stock, septembre 2019)
Conseil scientifique : Jacques Mény, président de l’Association des amis de Giono
Scénographie : Pascal Rodriguez

1 Espl. J4, 13002 Marseille, MuCEM – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

portrait de Jean Giono par Irving Penn, 1957, Manosque
© Hugard & Vanoverschelde.jpg

JEUX- Musée Royal de Mariemont, Belgique (18,19,20 octobre 2019)

Lectures électriques Corpus#JEUX

dans le cadre du Marché du livre au Musée Royal de Mariemont

en Réseve précieuse : max. 12 personnes – durée 20’
vendredi : 18h – samedi : 14h, 14h30, 15h, 15h30, 16h

en salle D du Musée : max. 22 personnes – durée 20’
dimanche : 13h30, 14h, 14h30, 15h

Du joueur d’échec au super-héros fantastique en passant par celui qui mise sa vie à chaque instant ou l’autre qui préfère compter les points sur le dos des coccinelles, le paysage du jeu peuple notre littérature et ce depuis notre plus jeune âge. L’ approche formelle du jeu a su aussi à sa manière contaminé les formes littéraires, jeu de mots, de règles, de contraintes ou encore de réception du lecteur invité à construire sa propre narration au sein du récit. Le jeu a peu à peu glissé d’un bord à l’autre de nos fictions en donnant toujours plus la part belle à la liberté d’imagination qu’il suscite.  Le jeu évoqué, traversé ou mis en scène par la littérature ne serait-il pas une manière de mettre en lumière le risque de l’écriture elle-même, poser dans un cadre donné la possibilité de devenir autre le plus sérieusement du monde ? 

Les Lectures Électriques, à la manière d’une création radiophonique en direct, proposent une approche sonore de cette littérature qui cherche à repenser les formes de son écriture, habiter la conviction du joueur et inviter le lecteur à s’immerger dans un univers fait d’enfance, de risque, de sérieux comme de duperies. Réunis autour d’un corpus de textes, les auditeurs seront invités à traverser, sous casque, une littérature convoquant les figures du jeu, avec les extraits des textes de : Roger Caillois, Véronique Béland, Alain Damasio, Ian M.Banks, A.E Van Vogt, Frédérique Ait-Touati, René Daumal, Raymond Roussel, Colas Duflo, Donald W. Winnicott, Phillipe K.Dick, Chloé Delaume, Starhawck ou encore Michelle Grangaud, Céline Minard et les textes de certaines éditions présentes lors du marché du livre (Chemin de fer, Esperluette, Fotokino, éditeurs associés, Lettre volée, Acte nord, B42…etc) 

création, corpus et lecture: Laurie Bellanca 

création et dispositif sonores: Benjamin Chaval 

image:  © Hugard & Vanoverschelde