FORÊT – Fisheye Gallery, exposition Le Chant du Cygne (28 septembre 2019)

Corpus#Forêts:

28 septembre de 17h à 20h dans le cadre de l’exposition d’Andrea Mantovani « Le Chant du Cygne » 

À la manière d’une création radiophonique en direct, LES LECTURES ELECTRIQUES proposent pour cette édition CORPUS#FORÊT un dialogue avec les images de la photographe Andrea Olga Mantovani.

Le Chant du Cygne Andrea Olga Mantovani

Une plongée dans ce que nos récits aurait à dire de la forêt de Bialowieza, à la fois symptôme et exception, résistance et fatalité mais aussi représentation d’un imaginaire en pleine mutation. Nos forêts nous parlent et la littérature le sait depuis longtemps. Cette dernière forêt primaire d’Europe vient aujourd’hui crier son paradoxe au coeur d’une situation environnementale complexe. En mettant en regard mythologies slaves, pamphlet écologique ou encore poème d’insurrection; les lectures électriques tentent de tisser un maillage précis où les différentes voix qui composent aujourd’hui une possible résistance puissent se mettre à parler de concert. Des mots d’Hakim Bey sur la désobéissance, en passant par les récits anthorpologiques de Phillipe Descola, ceux de Marielle Macé sur nos occupations poétiques, les recueils d’Emilie Hache sur l’éco-féminisme, les auteurs brésiliens, Campo et consorts criant le feu au portes de leurs réserves ou encore ceux de Chloé Delaume au sujet de nos républiques malades ou  les témoignages de Anna Lowenhaupt Tsing sur les champignons de la fin du monde et encore avec les rites sorcières de Starhahwk…. il s’agira d’écouter ce que les histoires de forêt ont aujourd’hui à nous raconter et ce plus que jamais. 

« être pierre, être fleuve, être forêt, être rive, être bête, être machine, êtres fantôme… autant de modes d’être désormais rassemblés sur une même scène ontologique et politique- puisque c’est avec chacune de ces formes de vies que nous avons à nous lier et qu’à chacune de ces choses (à son silence, à ses réclamations) il s’agit de prêter l’oreille. » Nos cabanes de Marielle Macé- éditions Verdier. 

création: Laurie Bellanca 

création sonore: Benjamin Chaval